c'est une histoire qui 5 ans maintenant !

c'était une drôle de journée, et on se la raconte assez souvent encore avec les différents protagonistes. parce que oui, dans notre cas, il y a eu des invités dans cette journée exceptionnelle.

à 10 jours du terme, j'étais seule pour la semaine, Jules passait son dernier grand partiel à 400km de là. les ordres étaient clairs: "tu ne bouges pas de l'appartement et tu bulles jusqu'à vendredi soir."

"yes, sir", avais-je alors répondu.

 

lundi, j'étais allée à mon cours de dessin aux beaux-arts...

mardi, Claire était venue déjeuner...

mercredi, l'appartement était un peu crado j'avais dû y remédier...

jeudi, tout allait bien, juste un peu mal au dos... un peu.

tu as déja compris que j'ai accouché le jeudi.

un petit coup de fil pour donner des nouvelles à la famille, notemment à ma Atoue qui s'inquiète de mon dos et m'invite plus ou moins pressement à appeler la maternité, voire même à m'y rendre.

mais voilà. Jules est à 400km avec la voiture; ma valise n'est pas prête; il est midi, je suis en pyjama, pas lavée, pas épilée; et je n'ai pas mangé.

et pour toutes ces raisons j'ai campé sur ma position d'attendre le lendemain que Jules soit rentré pour me rendre à la maternité ! "elle était folle" te diront les protagonistes...

j'ai fini par céder et j'ai appelé ma copine Pauline. elle habitait à 2 minutes et avait une voiture... en panne ce jour là ! pas grave, elle vient quand même prendre le ptit déj' avec moi, il est 13h.

sans voiture, je ne peux toujours pas répondre aux ordres de Atoue, j'appelle ma copine Emilie, qui a accouché il y a pile 1 mois avec 1 mois d'avance, par hasard si elle s'ennuie... elle finit son dessert au resto et passe nous voir avant de rentrer récupérer son petit allaité.

quand elle arrive, je ne suis toujours pas douchée, ni habillée, ni le reste, mais j'ai mangé !

nous prenons donc le thé, il est 15h, c'est adapté.

pendant 2 heures, nous avons papoté, elles m'ont forcée à préparer mes affaires, elles ont prévenu Jules, m'ont poussée sous la douche, et jetée dans la voiture - violentes les copines ! - j'étais toujours pas d'accord pour aller à la maternité...

nous y sommes arrivées peu après 17h, j'ai gaiement annoncé que je savais pas ce que je venais faire là, j'avais juste mal au dos...

Emilie avait des fuites sur son pull, elle devait partir. Jules était sur la route, il avait quitté l'établissement d'examen 24h trop tôt. Pauline restait avec moi.

à 17h30 je ne pouvais plus parler, sauf pour dire que "non vraiment je ne vais pas accoucher", "pas besoin de périscopale", "Jules n'est pas encore là", "pinaise ça va être long l'accouchement si ça commence comme ça"...

à 18h et quelques minutes Jules tombait dans les bras de Pauline dans le hall d'accueil des urgences-mat, à 18h15... Lili était là !

 

Lili 021

Lili 042