cet été, plusieurs amis sont passés par chez nous faire une pause sur la route de leurs vacances, découvrir la grande maison, rencontrer Basile, découvrir la grande fille qu'est devenue Lili, et papoter de tout ce qu'on ne se dit pas au téléphone.

parmis eux, il y a eu Angélique et sa tribue recomposée. les 36 heures passées ensembles ont semblé si évidentes, la vie à 8 dans la grande maison n'avait jamais été aussi simple.

après le festin des petits, l'apéro des grands, le dîner des parents, le coucher des monstres, la sombrée progressifs des hommes, il ne restait plus que nous deux. comme avant, assises sur un banc dans le parc où on s'entrainait à l'athlétisme. alors on a relancé une tournée de mojitos - fallait pas laisser perdre la menthe fraîche pas du jardin - on a fermé la porte de la cuisine, et... on a gloussé !

comme des dindes ! on a ri, on s'est souvenues, on s'est racontées, comme si on s'était vues la semaine dernière, alors que la dernière fois, Lili avait 18 mois.

alors c'est avec Angélique que j'ai passé du temps, du vrai temps, celui qu'on ne compte pas...

maintenant j'aimerai pouvoir faire la même chose avec chacun des amis qui me sont chers, et aussi avec mes deux mercenaires, mais chacun leur tour.

c'est pour bientôt les petits chats, pour bientôt.